Contenu

Ghostery, un plug-in qui empêche d'être suivi à la trace sur le web

Depuis quelque temps, je râle beaucoup contre la diminution de la vie privée sur Internet. Voyez-vous, si je n’ai pas nécessairement des choses à cacher, je n’apprécie pas qu’on collecte des données à mon sujet et à tout bout de champ, même si cela permet à Google ou Facebook d’être gratuits. J’ai donc cherché un moyen de savoir ce qui se cache derrière chaque site que je visite, et d’empêcher que cela collecte des données et me suive partout.

Présentation

Et j’ai trouvé une extension pour navigateur web : Ghostery. Il appartient et a été développé par Evidon, une société dont le but est d’améliorer la transparence dans la publicité en ligne en fournissant aux consommateurs dans ce but. Mais Evidon propose aussi des outils aux sociétés pour rendre plus transparentes leur gestion des publicités et leur politique de confidentialité. On pourrait penser que Ghostery envoie des données à Evidon, mais je ne pense pas que cela soit le cas : en deux mois, les seules requêtes vers leurs serveurs sont celles des mises à jour de la base de données de Ghostery.

Ce plug-in fonctionne avec Internet Explorer, Opera, Firefox, Safari, et Google Chrome. Il permet à l’utilisateur de détecter et de bloquer dans les pages web des éléments invisibles qui permettent de collecter puis de transmettre des données sur vos habitudes de navigation. Il permet aussi de bloquer les éléments qui traquent les déplacements des internautes, les widgets des sites sociaux (Facebook, Twitter, AddThis, Google+, etc.) et les systèmes de mesure d’audience (Google Analytics, Piwik, QuantServe, etc.).

Les données collectées comprennent généralement (mais pas toujours) l’historique de recherche, les informations sur votre navigateur, la date et l’heure, des données démographiques, le matériel et les logiciels utilisés, les pages consultées, les données contenues dans les cookies, votre adresse IP, des données de localisation, etc. Ces données sont en général anonymisées, mais l’adresse IP n’est que pseudonymisée ce qui permet de vous identifier très facilement.

Utilisation

Une fois le plug-in installé, il vous proposera de bloquer les différents éléments ci-dessus. Vous pouvez le faire en bloc (par catégorie) ou individuellement. J’ai opté pour la première option, quitte à débloquer des éléments au fur et à mesure, si nécessaire. (Notez que contrairement à l’image ci-dessous, tout est bloqué chez moi. C’est pour cet article que j’ai décoché une case, pour les autres illustrations.)

/images/Ghostery_Config.png]

Il est également important d’activer la mise à jour automatique de la base de données de Ghostery, afin qu’il prenne en compte (et bloque, le cas échéant) les nouveaux éléments.

Si vous le désirez, vous pouvez activer l’option GhostRank qui permet à Evidon de récolter des données statistiques de manière anonyme.

Exemples

L’exemple est le meilleur moyen de se convaincre de l’utilité de ce plug-in. Une fois Ghostery activé et configuré comme sur l’image ci-dessus, il m’affiche un popup violet en haut à droite de mon navigateur pour m’indiquer tous les éléments qu’il a trouvés et bloqués.

Dans le cas d’Eurosport.fr, le constat est sans appel : onze éléments trouvés rien que sur la page d’accueil, dont cinq widgets pour réseaux sociaux.

Les éléments barrés sont bloqués, les autres autorisés. En cliquant sur l’icône de Ghostery dans le navigateur, on peut obtenir le détail des éléments bloqués.

On peut aussi obtenir des informations supplémentaires comme les données collectées, la société qui les collecte, etc. en cliquant sur “more info”.

Essayons d’autres sites : Gizmodo.com, NZZ.ch, Economist.com, 20min.chRTS.ch et Meteosuisse.ch.

La conclusion s’impose d’elle-même : où que nous allions, nous sommes suivis. Si ce sentiment vous dérange, Ghostery est fait pour vous. En espérant qu’il fasse bien ce pourquoi il est fait. En tout cas, les pubs Google ou sur Facebook sont devenues assez aléatoires depuis que j’utilise Ghostery. Les pubs Google n’affichent plus des liens vers des sociétés vendant des produits pour lesquels j’aurais fait une recherche sur un site comme eBay (où l’on retrouve le tracker Doubleclick de Google).

Rappel : mon site utilise Matomo, un logiciel libre et opensource de suivi afin de récolter des statistiques. Vos adresses IP complètes ne sont pas enregistrées ; de plus, elles sont anonymisées. Si vous ne voulez pas être suivi(e) quand vous naviguez sur mon site, cliquez dans la case au bas de cette page. Mon site respecte également votre choix de ne pas être suivi si vous avez activé la fonction “Do not track” dans votre navigateur.