Google doit donner des réponses au Congrès concernant Glass et la vie privée

Un groupe parlementaire du Congrès américain a adressé aujourd’hui une lettre à Google concernant la vie privée et Glass. Les membres de ce groupe se demandent comment la vie privée sera protégée par Glass. En effet, le futur dispositif de Google permettra de prendre des images et vidéos de manière bien plus discrète et intrusive qu’un téléphone portable ou qu’une caméra disponibles actuellement. Un système de reconnaissance faciale sera intégré à ces lunettes, et au vu de la quantité colossale de données collectées chaque jour par Google sur ses utilisateurs, on peut se demander comment sera réglé l’accès à nos données par les utilisateurs de Glass qui nous croiseraient dans la rue.

La lettre se réfère à de nombreux articles publiés sur la question de Glass et de la vie privée. L’un d’eux semble avoir particulièrement retenu l’attention du groupe parlementaire : il y a deux mois, le Wall Street Journal estimait que ce n’était qu’une question de temps avant que le simple fait de regarder quelqu’un à travers ces lunettes permette d’obtenir, via la reconnaissance faciale, le lieu de résidence de la personne, son lieu de travail, son statut matrimonial, ses mensurations, ses hobbies.

Comme le groupe parlementaire a des doutes sur l’intention de Google d’intégrer des mécanismes de protection pour la vie privée dans ces lunettes, huit questions ont été adressées à Google. Sa réponse doit parvenir avant la mi-juin.

  1. Google prévoit-il d’empêcher Glass de collecter des données à propos des utilisateurs et des non-utilisateurs sans leur consentement ?

  2. Quelles mesures proactives Google prend-il pour protéger la vie privée des non-utilisateurs quand Glass est utilisé ? Si un utilisateur souhaite disposer de Glass (par exemple en le revendant), comment assurer que ses informations personnelles resteront privées et en sécurité ?

  3. Est-il vrai que Glass possédera un système de reconnaissance faciale permettant de révéler à l’utilisateur des informations sur une personne, et aussi sur des objets inanimés ? L’utilisateur pourrait-il demander d’obtenir ces informations ? Un non-utilisateur pourrait-il décider de refuser la collecte de ces informations ?

  4. En se basant sur la politique de confidentialité de Google, Google est autorisé à rejeter des demandes d’informations, notamment si cela met en danger la vie privée d’autrui. Dans ce cas, Google placera-t-il des limites dans Glass quant au type d’information qui pourrait être révélé sur une tierce personne ?

  5. Au vu des capacités techniques et de traitement de Glass, Google a-t-il prévu de revoir ou d’ajuster sa politique de confidentialité ?

  6. La politique de confidentialité expose que Google peut collecter des données relatives au matériel et au logiciel utilisé (ainsi que le numéro de téléphone et d’autres informations relatives au réseau mobile). Si de telles données concernant les utilisateurs de Glass seront collectées (via Glass), quelles seraient exactement ces données ? Google envisage-t-il de collecter des données à propos de l’utilisateur sans son consentement ?

  7. La confidentialité et la vie privée sont-elles des composantes dans l’approbation des applications pour Glass ? Google pense-t-il en faire une priorité pour les développeurs de prochaines applications ?

  8. Glass aura-t-il la possibilité de stocker des informations sur l’appareil lui-même ? Si oui, y aura-t-il un système d’identification ou autre afin de sécuriser les données stockées ?

Nul doute que les réponse à ces questions seront du plus grand intérêt.