Contenu

Swisscows, un moteur de recherche 100% suisse qui ne collecte aucune donnée

Annoncé le 26 juin, la société anonyme suisse Hulbee AG, basée à Egnach en Suisse et spécialisée dans la fabrication de technologies et dans la conception de logiciels, a dévoilé son moteur de recherche 100% suisse : Swisscows. Censé être sécurisé et technologiquement plus avancé que les moteurs de recherche existants, Swisscows promet qu’aucun stockage ou traitement de données personnelles n’est réalisé.

Je laisserai le soin à d’autres d’évaluer si le moteur de recherche Swisscows (en fait, c’est un “chercheur de réponses” selon ses concepteurs) mérite de remplacer Google ou DuckDuckGo en tant que moteur de recherche par défaut dans votre navigateur web. Je vais plutôt vous proposer un épluchage en règle de leurs conditions générales et leurs dispositions sur la protection des données.

Swisscows.ch est la solution alternative efficace pour toutes les personnes qui accordent une importance primordiale à la sécurité des données et à la protection de la vie privée. Contrairement aux moteurs de recherche, l’utilisation de swisscows.ch ne laisse aucune trace. Swisscows.ch renonce à un grand nombre d’analyses concernant ses visiteurs. Leurs thèmes, leurs adresses IP et leurs données personnelles ne sont pas sauvegardés ni réutilisés ultérieurement à des fins commerciales. La totalité des serveurs se situe en Suisse, les données ne sont pas accessibles aux États-Unis ou autres “fouineurs de données”. (Source)

Voilà ce que vante Hulbee dans sa description de son nouveau produit. C’est bien, mais ce n’est que l’aspect publicitaire. Jetons un oeil au côté juridique.

Conditions générales d’utilisation

On commence par une surprise : les CGU de Swisscows ne sont qu’une liste des inconvénients de Google. Ça ne fait pas très sérieux, même si c’est plus agréable et plus court à lire que les interminables et incompréhensibles CGU de Google, Facebook, Apple et consorts.

Protection des données

Leur politique stipule que

Swisscows relève uniquement du droit suisse.

La loi fédérale sur la protection des données est donc pleinement applicable et Swisscows doit s’y soumettre entièrement. Encore faut-il qu’ils traitent des données personnelles, ce dont ils se défendent. En cas d’action en justice, le for serait donc en Suisse également.

Nous ne rassemblons aucune des données personnelles de nos visiteurs. Absolument aucune.

Cette affirmation a le mérite d’être sans équivoque. Ni les adresses IP, ni les données relatives à votre ordinateur et votre navigateur ne sont collectées. Concernant ces données, sachez que même sans l’adresse IP, il est possible de vous individualiser rien qu’en analysant les autres paramètres envoyés par votre ordinateur et votre navigateur, notamment la configuration générale de ceux-ci. Cliquez ici si vous pensez que je radote.

Swisscows relève à juste titre que les internautes saisissent souvent des données personnelles dans les moteurs de recherche pour savoir ce qu’il en ressort. C’est pourquoi les recherches qui sont effectuées par les internautes ne sont pas sauvegardées également. Mais comment font-ils alors pour optimiser leurs résultats de recherche ?

Les seules informations que nous enregistrons sont le nombre de recherches quotidiennes entrées sur Swisscows afin de mesurer le flux total de visites sur notre site. Notre voulons par ce moyen exploiter par répartition ce flux selon la langue et les données statistiques générales.

Il y a donc bien une collecte de données, mais celles-ci n’ont rien de personnel.

Swisscows ne pratique pas la géolocalisation.

C’est un bon point supplémentaire. Malgré que l’internaute puisse désactiver la géolocalisation sur son smartphone ou ordinateur, la géolocalisation (imprécise) de l’adresse IP reste toujours possible.

Swisscows n’utilise pas de cookies pouvant servir à l’identification de ses utilisateurs.

Comme le montre l’image ci-dessous (prise après plusieurs recherches effectuées), Swisscows ne stocke qu’un cookie qui servirait apparemment à déterminer si vous avez choisi la version allemande ou française lors d’une précédente utilisation. (La version allemande étant celle par défaut.)

/images/Swisscows_Cookies.png

Vie privée avec de la publicité ?

Swisscows se vante de ne rien collecter, de ne rien communiquer à des tiers (sauf aux autorités lorsque la loi les y oblige) mais se décrit aussi comme prestataire de publicité. Cependant, de la publicité est affichée sur la droite des résultats de recherche en fonction de ceux-ci. La recherche “Apple iPhone” affiche des liens vers kauftipp.ch par exemple. La publicité apparait en fonction des mots clés que vous utilisez, et non pas en fonction de précédentes recherches ou des sites précédemment visités, par exemple.

Lorsque vous cliquez sur ces publicités, vous atterrissez sur un site tiers et, bien évidemment, comme il n’est ni la propriété de Swisscows ou affilié au moteur de recherche, cette politique de confidentialité n’y est pas applicable.

Swisscows permet à des tiers d’afficher des publicités sur son moteur. Les CGU d’Annonce Swisscows (le nom de leur système de publicité, à l’instar de Google Adwords) ne mentionnent rien en ce qui concerne la vie privée et la protection des données. On peut en déduire que les annonceurs ne reçoivent aucune donnée personnelle.

Conclusion

Sur le papier, Swisscows annonce la couleur et ne semble pas en changer ou prévoir des échappatoires afin de récolter et traiter des données dans le dos des internautes. D’un point de vue strictement orienté vers la protection des données et la vie privée, Swisscows fait même mieux que DuckDuckGo en ne collectant strictement rien du tout. Et comme tout le service est suisse, y compris les serveurs. Mais, finalement, comme aucune donnée n’est collectée, ce n’est qu’un argument marketing un peu creux, pourquoi s’en priver ?

Commentaire

Je ne peux pas me prononcer sur la performance et la précision des résultats de recherche. Quand je cherche “François Charlet”, mon blog arrive en première position, c’est tout ce qui compte à mes yeux. Mais du point de vue juridique, cela semble solide et transparent. C’est suffisamment rare pour être relevé.

Blague à part, si vous avez des retours d’expériences, les commentaires vous sont ouverts !